Une collectivité au service des usagers, de la ressource en eau et des milieux aquatiques



Etude sur les zones d'expansion des crues du Célé

Le Syndicat mixte du bassin de la Rance et du Célé a lancé en décembre 2014 une étude sur les zones d’expansion des crues du Célé entre l’amont de Figeac jusqu’à Bouzies.

Le SAGE Célé, outil de planification des actions sur les thématiques liées à l’eau sur le bassin du Célé de 2012 à 2022, a défini plusieurs grandes orientations dont une est de prévenir le risque d’inondation et améliorer la prévision des crues.

Dans ce cadre, le Syndicat mixte du bassin de la Rance et du Célé a lancé en décembre 2014 une étude sur les zones d’expansion des crues du Célé entre l’amont de Figeac jusqu’à Bouzies. Elle est financée par l’Etat, l’Agence de l’Eau Adour Garonne, la Région Midi Pyrénées, la Ville de Figeac et le Grand Figeac.

Cette étude s’inscrit dans un programme de réflexion global labellisé par l’Etat et porté à l’échelle du bassin versant du Lot par l’Entente vallée du Lot.

Elle est réalisée par les bureaux d’étude et d’expertise hydraulique ARTELIA et EGEO Solutions missionnés par le Syndicat mixte du bassin de la Rance et du Célé.

Ces spécialistes vont réaliser une analyse hydraulique du Célé et de sa zone inondable entre le secteur du Surgié à Figeac jusqu’à sa confluence avec le Lot. Pour ce faire, ils vont parcourir et effectuer des relevés de terrain au cours des prochains mois.

Cette analyse permettra de caractériser les zones inondables, les hauteurs d’eau et les vitesses d’écoulement du Célé en fonction des principales occurrences de crues. Un recensement exhaustif des bâtiments situés en zone inondable sera dressé.

Pour certains secteurs sensibles comme à l’aval de Figeac, des diagnostics individuels par habitation seront proposés aux personnes volontaires pour déterminer les travaux envisageables pour se protéger individuellement.

Pour finir, le bureau d’études proposera entre autre des aménagements susceptibles de réduire la vulnérabilité de certaines habitations et certains enjeux publics.


Rivière  Mélanie Fayet    1 décembre 2015