Une collectivité au service des usagers, de la ressource en eau et des milieux aquatiques



Des travaux à la station d'épuration de Planioles

La Cellule d'Assistance Technique Zones Humides du Syndicat mixte Célé - Lot médian a accompagné la commune de Planioles pour la réfection de sa station d'épuration.

La commune de Planioles est gestionnaire de son service d’assainissement collectif et en assure l’exploitation en régie. Sa station de traitement des eaux usées du bourg, de type lagunage naturel, avait été mise en service en 1985. Après plus de 30 ans de service et avec le développement de la Commune, cette installation n’était plus adaptée (surcharge hydraulique et organique). La commune de Planioles a donc choisi de reconstruire sa station d’épuration avec une filière de type filtres plantés de roseaux, d’une capacité accrue (de 117 à 210 Équivalents-Habitants), afin d’assurer la protection du milieu récepteur et de garantir la conformité du rejet vis-à-vis de la réglementation.
Vue sur nouvelle station et les filtres plantés de roseaux
Compte tenu du caractère très contraint du secteur l'implantation de la station d'épuration (vallée étroite, fortes pentes...) et sans autre alternative technique, une dérogation a été obtenue auprès des services l'Etat pour pouvoir réaliser cet aménagement dans le champ d'expansion des crues du ruisseau de Planioles, sur une parcelle en partie humide. L'impact sur la zone inondable et humide avoisine 650 m², dans un secteur sensible en amont immédiat de la ville de Figeac.
En raison des enjeux "inondations", "zones humides" et "qualité de l'eau", les échanges avec les services de l'Etat, qui encadrent les aspects réglementaires, ont amené la commune à améliorer le projet avec l'appui du SYDED du Lot et de la Cellule d'Assistance Technique Zones Humides du Syndicat mixte Célé - Lot médian, avec :
  • la prise en compte de la zone humide, des boisements de berges et du ruisseau en phase travaux ;
  • l’amélioration du rejet de la station d'épuration avec création d'une "zone humide tampon" au lieu d'un rejet direct des eaux usées traitées au ruisseau ;
  • la réhabilitation du site de l'ancienne station (lagunes) avec restauration d'une zone d'expansion des crues et d'une zone humide.
vue sur la "zone humide tampon" en aval de la station
La nouvelle station (275 000 € HT) a été mise en service en février 2019. La Commune a pu bénéficier d’une aide exceptionnelle de l'Agence de l'Eau Adour - Garonne (160 534 €) dans le cadre d’un appel à projet. La partie "zone humide tampon" créée en aval du rejet a coûté 3 780 euros HT.
Cet automne, les principaux travaux de réhabilitation des anciennes lagunes se sont achevés avec l'évacuation des boues via une filière spécifique (15 000 € HT) et quelques terrassements permettant de restaurer la fonctionnalité de zone d'expansion de crue sur 1 000 m² et de créer une petite zone humide (environ 1 500 €). En effet, un remblaiement complet des anciennes lagunes couplé à un nouvel aménagement en zone inondable auraient aggravé les inondations en aval.
: vue sur l'ancienne lagune n°1 avant réhabilitation
vue sur l'ancienne lagune, juste après retrait des boues et réhabilitation en zone humide inondable.
La remise en état du site sera finalisée en 2021 avec la renaturation d'un écoulement dans la zone humide créée et des plantations et bouturages en berge du ruisseau de Planioles. Un suivi de la zone humide et sa gestion durable seront également mis en œuvre en partenariat avec la commune.
 
Situé à proximité du "chemin de la Curie", sur le GR6 (variante du St Jacques de Compostelle par Rocamadour), la nouvelle station d'épuration va améliorer la qualité de l'eau du ruisseau. La réhabilitation des anciennes lagunes permet aussi de ne pas aggraver les phénomènes d'inondation sur la ville de Figeac. Une station de mesure du débit y sera d’ailleurs installée par le Syndicat mixte Célé - Lot médian dans le cadre du Programme d'Actions de Prévention des Inondations (PAPI) du bassin du Lot.
 
Il s’agit ici d’une action exemplaire de renaturation d'un site artificialisé permettant de recréer une zone humide inondable aux multiples vertus d'intérêt collectif : régulation et épuration naturelle des eaux, biodiversité, un exemple concret d’adaptation au changement climatique...
Ces travaux d'assainissement collectif étaient identifiés comme prioritaires dans le cadre du Contrat de rivière Célé.

Général  Mélanie Fayet    7 décembre 2020