Une collectivité au services des usagers, de la ressource en eau et des milieux aquatiques



Des travaux "continuité" et "rivière" dans le Cantal

L’ensemble des travaux présentés dans cet article a bénéficié des financements du FEDER, de l’Agence de l’Eau Adour Garonne, de la Communauté de communes de la Chataigneraie Cantalienne et de la Fédération de Pêche du Cantal.


Les années 2017 et 2018 ont été riches en travaux sur les cours d’eau de la partie cantalienne du bassin versant du Célé.

Le plus important des chantiers a concerné la mise en conformité du seuil de la station d’eau potable de Martory sur la Ressègue. Le seuil, propriété du SIAEP de Saint-Constant – Saint-Etienne-de-Maurs et exploité par la SAUR permet l’alimentation en eau potable des communes de Saint-Constant et Saint-Etienne-de-Maurs. Le seuil, nécessitant d’une part une régularisation auprès de la Loi sur l’eau devait d’autre part être équipé pour rétablir la continuité piscicole et sédimentaire. Ainsi, après travaux préparatoire en septembre 2017, il a été crée en rive droite du seuil une passe à poissons dite à  « bassins successifs ». Pour permettre le pompage de l’eau, une vanne a  été installée, en remplacement de l’ancien seuil, sa fermeture permet de retenir l’eau en amont au droit du puits de captage ; l’ouverture de cette vanne mobile permet à l’inverse d’évacuer les sédiments s’accumulant dans la retenue. Enfin, les travaux ont permis de respecter le débit réservé en aval du captage. Les travaux ont été réalisés par l’entreprise CAPRARO, épaulée par les sous-traitants VGS de Saint-Céré, C2M de Maurs, GCIS de Carcassonne. Le montant des travaux s’élève à 259 994,65 € TTC. La maitrise d’œuvre a été assurée par ECOGEA.
 
Par ailleurs, des travaux de restauration et sur la ripisylve ont aussi été menés sur certains tronçons de cours d’eau. Il s’agit des opérations prévues dans les tranches n°3 et 4 du plan de gestion des milieux aquatiques et alluviaux. Ces travaux ont pour objectif d’améliorer la qualité de l’eau, l’état des berges et des cours d’eau.
Sur la totalité de ces 2 tranches, en 2017 et 2018, 4 cours d’eau ont été traités sur un linéaire total de plus de 20 km : la Rance, la Ressègue, le Célé Cantalien et l’Arcambe. Les communes de Maurs, Saint-Etienne-de-Maurs, Mourjou, Leynhac, Le Trioulou, Calvinet ont pu bénéficier des travaux sur la végétation de berge.
Ces cours d’eau présentent des intérêts patrimoniaux avec la présence d’espèces menacées comme la Moule perlière.
Les travaux ont consisté à la coupe sélective d’arbres et/ou cépées, l’enlèvement d’arbres ou d’embâcles faisant obstacle à l’écoulement des eaux, l’élimination des rémanents, la collecte et l’évacuation des déchets épars, la mise en dépôt hors crue du bois récupéré par les propriétaires riverains et des plantations et boutures sur les tronçons dépourvues de végétation.
Les travaux ont été réalisés par les entreprises SENEZE CHARRIOT PAYSAGE et la SATF.
La mise en œuvre de la 3ème tranche du plan de gestion rivière permet aussi la réalisation de travaux "points d’abreuvement". Les ruisseaux du Leynhaguet, de la Couyne et de la Rance sont concernés sur les communes de Leynhac et Boisset. Sur des tronçons jugés prioritaires, les exploitants agricoles ayant des accès des animaux aux cours d’eau ont été rencontrés par un technicien. Il s’agit de trouver des solutions permettant l’abreuvement des animaux tout en clôturant les ruisseaux et ainsi limiter l’érosion des berges et l’apport de déjections aux cours d’eau. Les matériaux nécessaires à la clôture des berges (piquets, fil,…) et à la création de site d’abreuvement (abreuvoirs,…) sont fournis aux exploitants. La pose des système reste à la charge des agriculteurs.
 
L’opération "Plan de gestion des milieux aquatiques et alluviaux du bassin du Célé, 3ème tranche" est cofinancée par l’Union européenne dans le cadre du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).
L’opération "Plan de gestion des milieux aquatiques et alluviaux du bassin du Célé – Quatrième tranche (mai 2017-2018) et restauration de la continuité écologique au niveau du seuil du captage AEP de Martory sur la Ressègue" est cofinancée par l’Union européenne dans le cadre du FEDER.

Général  Mélanie Fayet   17 janvier 2019