Une collectivité au services des usagers, de la ressource en eau et des milieux aquatiques



Bilan du Programme Agro-Environnemental et Climatique 2017-2018

Des Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC) ont été proposées aux agriculteurs de certains secteurs prioritaires du bassin du Célé en 2017 et 2018.

Durant deux années consécutives (2017-2018), des Mesures Agro-Environnementales et Climatiques (MAEC) ont été proposées sur une partie du territoire du bassin du Célé. Il s’agissait pour les agriculteurs de s’engager volontairement pendant 5 ans à respecter un cahier des charges précis, en échange d’une rémunération annuelle.

Ces rémunérations annuelles, ainsi que l'animation du programmes sont financées à 100% par l'Agence de l'Eau Adour Garonne, le FEADER Auvergne et le FEADER Midi-Pyrénées.

MAEC "Zones humides"

Ces mesures étaient proposées dans le cadre du Contrat Pluriannuel Milieux Aquatiques, animé par la Cellule d'Assistance Technique Zones Humides (CATZH) du Célé. Elles visent à préserver les zones humides, en adaptant les pratiques de pâturage et/ou de fauche, et à restaurer les boisements de berges à long terme.

Les agriculteurs ayant souscrit des MAEC ont également adhéré à la CATZH du Célé afin de pérenniser les bonnes pratiques de gestion sur les zones humides au-delà du contrat MAEC.

Bilan dans le département du Lot

Sur les secteurs prioritaires éligibles à ces mesures du département du Lot 13 contrats ont été signés, qui correspondent à environ 65 ha de zones humides et  1 650 ml de berges de cours d’eau. Les objectifs fixés initialement ont été atteints et l’enveloppe globale allouée aux agriculteurs entièrement consommée (70 260 €).

Deux demi-journées techniques, co-animées par le Syndicat mixte du bassin de la Rance et du Célé, la Chambre d’Agriculture du Lot et l’adasea.d’Oc, ont clôturé chaque année de campagne.

Pour rappel, la demi-journée de 2017 a eu lieu sur les parcelles humides de M. BARDET à Gorses, avec une démonstration de rigoleuse. L’occasion d’échanger sur la gestion durable par le pâturage et autour de la distinction entre les cours d’eau, fossés de drainage et rigoles, et sur les périodes d’intervention éventuelles.

En 2018, la journée technique s’est déroulée chez M. BOUSSAC à Lauresses, en présence de la CUMA Lot Environnement, qui a réalisé une taille d’entretien des arbres et arbustes présents en berges sur près de 200 mètres, à l’aide d’un lamier 4 disques.

Démonstration du lamier 4 disques de la CUMA Lot environnement. Cet outil adapté à l’entretien courant (tous les 3 / 4 ans), sur des branches de moins de 6 cm de diamètre, permet une coupe nette et limite le risque de dépérissement des arbustes nobles. La CUMA Lot Environnement possède aussi un lamier monodisque adapté aux branches de plus gros diamètre.

Bilan dans le département Cantal

Dans le département du Cantal, 28 contrats ont été signés sur les secteurs éligibles à ces mesures. Ils représentent environ 105 ha de zones humides et près de 10 km de berges de cours d’eau. Les objectifs fixés initialement ont été atteints et l’enveloppe globale allouée aux agriculteurs presque entièrement consommée (191 670 €).

 

Une journée technique a clôturé la deuxième année de campagne. Après un exposé en salle par le Syndicat mixte du bassin de la Rance et du Célé, en partenariat avec la Chambre d’Agriculture du Cantal pour présenter les programmes d’action en faveur des agriculteurs, les MAEC et le bilan 2017-2018, la demi-journée s’est poursuivie à Leynhac sur les parcelles de M. MANIAVAL, adhérent à la CATZH. Un temps d’échanges consacré aux modalités de gestion durable des zones humides par fauche et/ou pâturage et à l’entretien des rigoles notamment, a permis aux participants de partager leurs expériences et de poser leurs questions.

Une autre demi-journée à destination des élèves du lycée agricole d’Aurillac a également eu lieu en 2018, sur les parcelles de M. LACALMONTIE à Rouziers. Elle a permi de les sensibiliser à la préservation et à la gestion durable des zones humides, reconnues d’intérêt général.

MAEC "érosion"

Une mesure du Programme Agro-Environnemental et Climatique était issue du Plan d'Action Territorial (PAT) Rance-Veyre-Célé. Cette mesure consitait à mettre en place des couverts herbacés et à les maintenir pendant 5 ans.

L’objectif de cette conversion en herbe est de limiter l’érosion des sols et le lessivage des intrants. En effet, une bande enherbée de 6m peut retenir 89% des matières en suspension, 71% des produits phytosanitaires et 65% des nitrates contenus dans les eaux de ruissellement.

Les parcelles éligibles se situaient dans les secteurs prioritaires pour l’eau potable (aires d’alimentation de captages d’eau potable en rivière de Longuecoste, Quézac et Bagnac-sur- Célé).

Les objectifs définis dans le PAT Rance-Veyre-Célé étaient de convertir en herbe 6 ha côté Cantal et 146 ha côté Lot.

Sur les deux années de contractualisation, 123 ha ont été convertis en prairie par 10 agriculteurs :

  • 116 ha sur l'aire d'alimentation des captages de Bagnac et Quezac sur le Veyre (dont 18 ha côté Cantal et 98 ha côté Lot)
  • 7 ha sur l'aire d'alimentation du captage de Longuecoste.
Les surfaces engagées représentent 81 % des objectifs fixés initialement dans le PAT ; l'aide correspondante représente quant a elle 116 % du montant estimé (du fait de l'augmentation du montant de l'indemnité annuelle).
Les contrats ne sont pas encore instruits par les Services de l'état, ces chiffres sont donc provisoires.

Général  Mélanie Fayet   21 janvier 2019